Côte d’ivoire, Mamadou Koulibaly: Nous avons trouvé à l`Assemblée nationale un cadavre en putréfaction, tous les bureaux cassés, pillés.

Alassane Ouattara peut pousser un ouf de soulagement. Il pourra bientôt être oint par la république. C’est ce qui ressort de l’entretien qu’il a eu ce jour avec le professeur Mamadou Koulibaly. Le président de l’assemblée nationale a révélé à sa sortie d’audience que le président du conseil constitutionnel , le professeur Paul Yao N’dré  était en route pour Abidjan et qu’Alassane Ouattara pourra prêter serment conformément à la constitution ivoirienne  devant cette institution qu’il a jetée à la poubelle pendant la validation des résultats du scrutin présidentiel. Alassane Ouattara comprend à présent que la certification de Choi ne suffit pas pour faire de lui le président de la Côte d’Ivoire. Le conseil constitutionnel est bien l’institution suprême qui lui donne cette qualité. Même après avoir gagné la guerre avec ses alliés français et de l’ONU, l’homme avait toujours la hantise de s’offrir Paul Yao N’dré pour lui donner le précieux sésame.

Les propos de Mamadou koulibaly à sa sortie d’audience « … Les députés ont suggéré aussi que l`on puisse entrer dans l`application de la constitution, le respect de l`Etat de droit, le respect des libertés individuelles. Le président de la République m`a dit qu`il prendrait toutes les dispositions pour qu`il en soit ainsi.
Venant des députés, je lui ai signalé des problèmes de sécurité. L`assemblée nationale ayant été pillée. Mon domicile à Abidjan et à Azaguié, ma famille menacée et pillée. C`est aussi vrai pour l`ensemble des députés. Nous avons trouvé à l`Assemblée nationale un cadavre en putréfaction, tous les bureaux cassés, pillés. Les députés se sont demandé dans quelle mesure ils pouvaient avoir la sécurité. Puisqu`ils se sont déjà inquiétés de la situation auprès des ministres concernés. Rien n`avait encore été fait. Le président a donc donné des instructions pour qu`assez rapidement l`Assemblée nationale soit sécurisée. Parce qu`il y a des pillages chaque jour. Il y a des gens qui passent pour ramasser ce qui est resté.
Nous avons parlé de l`Etat de droit pour dire qu`en début de mandat, conformément au vœu de l`Union africaine, que le président de la République puisse avoir une prestation de serment régulière. Il a donné son accord et je crois savoir, si je ne trahis un secret, que le président du Conseil constitutionnel, Yao-N`dré, est en route pour Abidjan. Où il arrive probablement demain d`Accra. Et très rapidement, le président m`a assuré qu`une cérémonie serait organisée en ce sens pour rester conforme au vœu de l`Union africaine.
Je lui ai dit par ailleurs, toujours concernant la sécurité, que de nombreux militants du Fpi et de Lmp, ceux qu`on appelle pro-Gbagbo étaient très inquiets pour leur sécurité dans les quartiers. Qu`ils étaient dénoncés, indexés comme si être militant de ce parti ou de ce mouvement était une tare. Ils se cachent, ils se sentent brimés. Nombreux sont également ceux qui ont fui et qui se sont réfugiés au Ghana, au Togo ou au Bénin. Il serait bien d`aller vers une détente pour que ces militants se sentent bien sécurisés. Et de surcroit, je lui ai signalé plusieurs appels reçus d`amis et de proches de populations bété qui me disent,  » Nous sommes poursuivis, tués dans des quartiers simplement parce que nous sommes Bété. Et l`ethnie ne peut pas être un défaut. Et si l`on peut reprocher des choses au Fpi, ce n`est pas aux Bété qu`il faut le faire payer. Si l`on peut reprocher des choses à Gbagbo Laurent, ce n`est pas aux Bété qu`il faut le faire payer. Si nous rentrons dans ce jeu, jamais nous n`aurons de réconciliation et nous n`aurons de paix. Le président de la République a pris le téléphone, il a appelé les ministres concernés. Il a demandé que des enquêtes soient faites rapidement afin que cette situation s`estompe. Parce qu`il n`a pas envie de gouverner au nom d`une ethnie.
J`en ai profité aussi pour l`informer que l`Assemblée nationale faisait sa séance solennelle d`ouverture le mercredi 27 avril 2011, la première session de l`année.
Je lui ai dit que la méfiance, la tension, l`absence d`Etat, les fonctionnaires qui ne vont pas au travail, les policiers, les gendarmes apeurés, les militaires effrayés. Qu`il serait peut-être bien qu`il parle aux Ivoiriens encore une fois, mais pas dans le cadre d`une interview classique comme nous l`avons déjà vu. Mais qu`il saisisse la tribune de l`Assemblée nationale pour dire aux Ivoiriens où il va, comment il veut y aller, avec qui, dans quelles conditions de sécurité, de détente. Et qu`à ce propos, les députés m`avaient demandé de lui adresser une invitation pour le 27 pour qu`il vienne s`adresser aux Ivoiriens. Le président m`a dit qu`il donnait son accord et qu`il se préparait pour le mercredi 27 pour s`adresser à la nation. Je pense qu`en allant dans ce sens, et si les uns et les autres acceptaient d`arrêter de se bagarrer, si ceux qui ont des armes arrêtaient de menacer ceux qui n`en ont pas, si ceux qui sont RHdp arrêtaient de faire peur à ceux qui ne sont pas Rhdp, si les représentants locaux du Pci ou du Rdr arrêtaient de faire peur aux représentants locaux du Fpi, peut-être que nous aurions une chance extraordinaire de reconstruire ce pays après ce chaos. Mais, si jamais certains pensent que l`arrivée de Ouattara au pouvoir, c`est le pouvoir aux Dioula ou aux Nordistes alors, ils peuvent faire ce qu`ils veulent, alors c`est le chaos promis. Jamais il n`y aura de réconciliation, jamais il n`y aura de paix, jamais il n`y aura d`Etat, jamais il n`y aura de nation. Et là où nous sommes, nous sommes encore loin du fond du puits. C`est vrai que les temps sont durs, mais les Ivoiriens pensent que nous sommes tombés, que c`est grave. Mais il y a pire que la situation dans laquelle nous sommes. Il faut regarder ce qui est arrivé à Haïti, il faut regarder ce qui est arrivé en Somalie. On n`a pas encore vu le pire, faisons donc tout pour l`éviter « .

Soulignons que dès les premières heures de la crise postélectorale, le professeur Mamadou Koulibaly a sans cesse appelé au dialogue pour faire l’économie des morts inutiles. Pendant ce temps Alassane Ouattara appelait l’ecomog et les troupes internationales pour venir mener la guerre à Laurent Gbagbo. Malheureusement contrairement au vœu du président de l’assemblée nationale, Alassane a décidé que la Côte d’Ivoire compte d’abord des morts et c’est maintenant seulement qu’il parle de dialogue et réconciliation.

SOURCE : TELEDIASPORA

Titre:cifreenews

Advertisements

About FreeNews

4Free World
This entry was posted in Abidjan, Alassane Outtara, côte d'ivoire, crise election en côte d'ivoire, France, Franceafrique, Gbagbo, Laurent Gbagbo and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s